des artistes de différents endroits du monde partagent leurs expériences d'écoute et de pratique des musiques improvisées, expérimentales, inclassables.

19 mai 2007

Rotonde de choc (Salle Noire), Marc Baron & Seijiro Murayama le 18/05/07

La salle noire de l’espace Jemmapes est, c’est bien connu, un endroit à la fois incontournable et pourtant peu fréquenté dans le paysage parisien des musiques expérimentales, proposant bien souvent des formations de choix sous la programmation judicieuse et participative de Pascal Marzan. C’est aussi, sans rapport de cause à effet, un endroit particulièrement bruyant – l’unanimité en conviendra facilement – mal isolé, relégué à une extrémité du bâtiment et juxtaposé aux toilettes mixtes continuellement fréquentées dès les premières notes émises. Cela étant, cet aspect n’est pas forcément problématique en soi et se doit en cela d’être pris en compte par les musiciens qui s’y exposent.

Le vendredi 18 mai, nous avons pu écouter deux soli de musiciens à l’écoute attentive. Il s’agissait tout d’abord de Marc Baron au saxophone alto, auquel succéda Seijiro Murayama aux percussions dont le dispositif réduit comprenait une caisse claire et une cymbale. Je n’avais jamais entendu auparavant Marc Baron en solo, ne le connaissant qu’à travers l’excellent quatuor de saxophone auquel participent également Bertrand Denzler, Jean-Luc Guionnet et Stéphane Rives, et j’étais pour cela particulièrement curieuse de l’écouter dans cette expérience singulière qu’est pour « tout » musicien le solo.

Ce set dura environ 45 minutes durant lesquelles le silence, c’est-à-dire l’écoute par le musicien et le public d’une part de l’absence de son émis par le premier et d’autre part des rumeurs environnantes, prit une place considérable, à l’instar des performances de Taku Sugimoto ou de Radu Malfatti, fidèles compagnons de parties d’échecs animées. Sur ce fond de silence venaient alors se poser, avec précision mais aussi avec un certain caractère brut et détendu – c’est-à-dire simple au sens propre du terme et éloigné de toute perspective esthétisante –, quelques sons isolés, répétés selon divers agencements choisis hic et nunc conférant par là-même une dimension aléatoire à leur succession ; sons rares et clairsemés à la typologie réduite : souffle court, médium propice aux harmoniques, suraigu tenu et scintillant.

Cependant aussi attentive que fut cette écoute, celle-ci me sembla ne pas pouvoir considérer à leur juste mesure les bruits alentours, s’inscrire parmi eux afin d’y trouver une place qui profiterait pleinement du jeu indécis entre bruits et sons musicaux. L’une des raisons de cette position d’écart qui ne parvient pas à faire sien l’espace qui l’accueille était ici sans doute due en partie à la quasi absence de variations dans la dynamique des différents sons que Marc Baron nous souffla. Une dynamique piano pour l’essentiel, comme en position de retrait, cherchant une sympathie de climat dans les va-et-vient du couloir adjacent qui quant à eux n’y prêtaient guère attention, mais offraient, par ce même mouvement, la richesse ordinaire des rapports de volume de nos actions quotidiennes.

Cette caractéristique de la salle noire de l’espace Jemmapes prit un tout autre sens dans le second set de cette soirée. Là point de retrait, mais des sons parmi les sons, des gestes qui ne prêtaient pas une attention excessive à leur environnement, simplement occupés par leur mouvement dont la répétition durable, mais aussi différenciée, laissait place subtilement à leur résonance. Ce set de Murayama dura 30 minutes et se divisait en deux plages symétriques, l’une à la cymbale frottée dont la périphérie entrechoquait de temps à autre la surface de la caisse claire, provoquant ainsi de légers heurts harmoniques et l’autre à la seule caisse claire frappée dans un geste rapide et continu par des baguettes aux différentes qualités de timbre. Set rigoureux au formalisme assumé. Dès lors les spécificités du lieu ne l’étaient plus tant, convergeant vers un espace autre et pourtant non différencié que l’on aimerait appeler musique.

4 Comments:

Anonymous baron marc said...

merci pour votre écoute et ces quelques mots. marc baron

07 juin, 2007 19:36

 
Anonymous marc said...

allez, je reviens un moment sur vos commentaires histoire de parler un peu. Loin de moi l'idée de remettre en cause votre "avis" sur ce concert , je me permets simplement de l'eclairer de mes intentions.
Il m'apparait que vous semblez juger nécessaires certains éléments (notamment la variation de volume) pour donner à entendre un lieu, c'est-à dire en ré-établissant par une "préoccupation" musicale (la nuance) la distance classique lieu de "concert"/musicien en train de...
je pense que vous essayez d'écouter le lieu comme l'environnement d'une performance artistique et ainsi ne le pensez pas de manière autonome.
à mon avis ceci dépend totalement des pré-supposés que l'on avance pour cette musique (existe-elle en tant que musique?) car pour ma part plus un signal est fixe (pur,neutre,sans variation...) plus il est facile pour moi d'apprécier l'environnement dans ces caractéristiques architecturales,sonores,de volumes...etc ,
ainsi je ne cherchais pas la sympathie avec le lieu mais la neutralité laissant à chacun la possibilité (s'il le souhaite) de constituer une dramaturgie, forme ou je ne sais quoi propre à son envie, à son écoute, en fait à ce qu'il attend d'une expérience artistique.
En ce qui concerne votre avis sur le concert de seijiro, je le partage complétement. Seijiro a proposé quelque chose plus dans le "faire" que je ne l'ai fait. Plus dans la musique peut-être?

10 juin, 2007 19:02

 
Blogger laetitia shudman said...

Je vous remercie pour votre réponse qui renvoie à des questions qui m’intéressent particulièrement et je suis d’accord avec la visée que vous donnez ici de votre concert. J’ajouterai à mon tour une précision.
Le seul élément qui me paraît nécessaire pour donner à entendre un lieu est une présence, rien de plus et sans parti pris sur un seuil minima de présence. Par contre je ne pense pas que l’on puisse parler du lieu comme quelque chose d’autonome, du moins pas de la manière dont cette autonomie est envisagée ici. Tout simplement parce que cette autonomie supposée est impossible du seul fait de cette présence (que l’on décide ou non d’en faire abstraction). Il s’agit dès lors moins de rétablir une situation de type concert que de considérer l’effectivité de cette présence (celle-ci pouvant bien sûr agir en creux).
Ensuite je vous rejoins sur cette fixité du signal, à la seule différence que cette fixité ou neutralité ne se donne jamais en tant que telle, dans un sens similaire à l’impossibilité d’une réelle autonomie du lieu dans la perception que l’on en a. Ce qui n’empêche pas qu’une pratique veuille y tendre.
Cordialement,
LS

12 juin, 2007 14:28

 
Anonymous marc baron said...

I like it
merci de vos précisions.

cordialement
marc

12 juin, 2007 19:49

 

Enregistrer un commentaire

<< Home